Mon norvégien

Les pulls en jacquard font leur retour, que ce soit pour le style, pour utiliser des restes de pelotes ou se donner des petits défis (si vous me connaissez, vous saurez que je suis plutôt dans les deux dernières propositions). Pour le mien, je suis allée voir les jacquards très classiques : le jacquard norvégien avec des flocons ou autres dessins sur quelques lignes et un empiècement tricoté en une fois et en arrondi.

devant du gilet en jacquard

Tout est parti d’un stock de pelotes donné par ma grand-mère. J’ai le catalogue du modèle qu’elle voulait se tricoter à l’époque (début des années 1990) mais il était assez moche à mon goût. J’avais 6 pelotes d’une couleur, 3 ou 4 pelotes pour deux autres couleurs et 8 pelotes pour la couleur principale, dans un camaïeu de gris clair, gris foncé, marron et blanc.

Au début, j’ai commencé à tricoter le Log cabin cardigan en me disant que je pourrais facilement moduler les couleurs selon ce que j’avais en pelotes. J’ai tricoté environ 90 % du dos avant de me rendre compte (et d’accepter) que ça n’allait pas du tout. Les couleurs entre elles étaient trop ternes. Le blanc qui pouvait rehausser un peu tout ça n’arrivait que sur les manches par rapport à ce qu’il me fallait en métrage. J’ai donc décidé de tout défaire. J’étais partie sur un gilet que je n’étais déjà pas très sûre de porter à cause des couleurs mais si en plus je faisais un gilet vraiment moche, c’est évident qu’il finirait à la poubelle…

dos gilet jacquard norvégien

Avec mes pelotes, j’ai pensé que je pouvais assez facilement me tricoter un gilet en jacquard. Et quitte à partir sur un projet en jacquard, je me suis dit qu’il fallait y aller et carrément aller voir du côté des jacquards norvégiens. J’avais dans l’idée de me faire un bon gros gilet d’hiver, avec un jacquard qui fait penser à une cabane dans la neige ou à une soirée auprès du feu à la montagne.
Alors, je suis donc allée fouillé la bibliothèque de patrons de Drops studio où il y a une foule de patrons tricotés en jacquard. J’ai regardé ce qui pouvait correspondre à ma taille de fil (mes pelotes, c’était de la Sport de Bergère de France mais dans une ancienne qualité) et j’ai choisi le modèle Scarborough vest. Ce modèle rassemblait plusieurs de mes critères : un gilet, la taille d’aiguilles (à peu près), un jacquard pas trop ringard et pas trop coloré.


Toutefois, j’ai dû adapter le dessin pour modifier les couleurs par rapport à ce que j’avais à cause du métrage de mes différentes couleurs. J’ai inversé les contrastes car j’avais beaucoup de laine blanche à utiliser et pas assez de gris foncé qui serait ma couleur principale. J’ai aussi ajouté quelques rangs avant la séparation des manches pour utiliser plus de laine. Mais surtout, j’ai ajouté des manches et un motif sur celles-ci car je n’avais plus rien de la couleur principale.

adaptation de la grille de jacquard

J’ai tricoté la plus petite taille mais mon échantillon était un peu plus grand que la laine Drops. Pour moi ce n’était pas très grave car ce gilet était plutôt destiné à être un bon gros gilet à mettre chez soi ou pour aller faire le jardin ou encore, pour mettre sur un autre pull quand il fait vraiment très froid.

Ce gilet est 100 % vintage car la laine vient d’un stock de ma grand-mère et les boutons du stock de la grand-mère de l’Homme ! Ce gilet est très chaud, déjà par la laine mais aussi par le croisement de tous les fils sur l’envers qui forme comme une seconde épaisseur. Il m’a bien été utile cet hiver dans notre nouvel appartement qui prend tous les courants d’air. Il est mon gilet de télétravail, ma robe de chambre, ma couche supplémentaire quand je sors ou encore, mon gilet de jardinage.

dos gilet tricoté en jacquard

Matériel : laine Sport de Bergère de France, ancienne qualité.

2 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire