« Harder, Better, Faster, Stronger »

J’ai commencé l’année par un petit défi qui me tentait depuis un moment : apprendre à tricoter plus vite !

Je tricote avec le fil dans la main droite, c’est ainsi que j’avais appris lorsque j’étais petite et c’est ainsi qu’ils faisaient dans les vidéos Phildar sur K7 que j’avais… Il y a deux ans, j’avais fait un essai de la méthode continentale sur un bonnet car beaucoup de tricoteuses parlaient de cette méthode pour tricoter plus rapidement. J’avais alors regardé plusieurs vidéos sur le sujet comme celles de Lise Tailor. J’avais vite abandonné car c’est difficile de réapprendre à tricoter alors que c’est devenu instinctif. Je me suis dit que 2018 sera l’année du tricot faster* ! Surtout que j’ai commencé à ressentir les symptômes d’une tendinite due à un excès de tricot (une triconite ?) au mois de novembre. Cette méthode de tricot est censée soulager le poignet car on fait moins de geste et pour mon cas, je ne casse pas mon poignet gauche comme avec ma méthode originelle.

Pour adopter cette nouvelle technique, j’ai cherché un projet simple et qui me ferait enchainer les rangs mécaniquement. J’ai aussi choisi une laine plutôt grosse, qui se tricote en aiguille 4,5 afin de pouvoir bien saisir mon fil. J’ai tricoté une écharpe car cela réunissait tous mes critères et c’est le modèle issu du Boyfriend set de Stephanie Boomsman qui a gagné car l’écharpe se compose de côtes contrariées et cela me permettait d’enchainer des mailles endroits et des mailles envers en toute simplicité.

gros plan de l'écharpe en côtes

Dis-moi comment tu tricotes

Lors de mon précédent essai de méthode continentale, j’avais eu beaucoup de problème à bien garder le fil dans la main gauche. Quand on regarde les vidéos, il faut enrouler son fil sur son auriculaire puis le faire passer sur l’index. J’avais eu du mal à garder le fil sur l’auriculaire et à avoir une bonne tension. En regardant d’autres vidéos, sur le tricot à la suisse, j’ai vu que les tricoteuses enroulaient leur fil autour de l’index. C’est cette méthode de tricot à la suisse que j’ai utilisée bien que sur internet, les deux méthodes soient considérées comme les mêmes la plupart du temps.

Cette technique est bien plus simple pour le tricot de côtes car il y a moins de geste à faire pour passer le fil d’un côté ou de l’autre du tricot. Pour les autres points, il faut encore que je m’entraine, notamment pour les jetés pour lesquels j’ai du mal à comprendre dans quel sens enrouler le fil. J’ai aussi essayé avec un fil plus fin et c’était la galère ! Bref, j’ai encore du boulot pour maitriser cette technique mais j’y travaille.

C’est quoi le chrono ?

Pour voir si cela fonctionnait, je me suis chronométrée ! Pour un rang en méthode normale (à l’anglaise), j’étais à 3 min et 46 s ; pour un rang en méthode suisse, j’étais à 3 min et 55 s au début. Et encore, je ne partais pas de zéro car j’avais déjà tenté cette méthode.

À la fin de mon écharpe, je mettais 2 min et 40 s par rang, j’ai donc gagné 1 min et 15 s par rang (environ 33 % de gain de temps) ce qui est plutôt pas mal !

Je ne battrai probablement jamais Catherine Bouënard, la championne de France de vitesse de tricot (qui tricote à l’anglaise mais avec une aiguille coincée entre les jambes) mais je m’améliore !

écharpe portée autour du cou

Cette écharpe n’est sûrement pas mon plus beau projet, je l’ai réalisée avec des restes de différents projets (on peut reconnaitre mon Cosy Me et mon bonnet Sémaphore) mais c’était une étape nécessaire dans mon projet.

Si cela vous intéresse, je vous tiendrai au courant de mes progrès avec cette nouvelle méthode de tricot !

 

* plus rapide

5 commentaires Ajoutez les votres
  1. Hello je la trouve jolie quand même ton écharpe! J’aime bien le choix des couleurs. Comme toi je suis passée à la méthode continentale avec la vidéo de Lisa Tailor. Perso je n’ai pas eu de mal à m’y mettre car je n’avais pas tricoté très longtemps avec l’ancienne méthode. Et effectivement c’est plus rapide, surtout sur des points comme les côtes ou le point de riz. Moi ça m’agaçait de devoir toujours lâcher mon aiguille pour faire le jeté et je n’ai jamais réussi à le faire sans.
    En tout cas bravo d’avoir eu le courage de t’y (re)mettre!

Laisser un commentaire